Aime comme Madawan

Veste Aime comme Madawan

Les quelques degrés que nous perdons chaque semaine ne rendent que plus intenses mes envies de manteaux, de vestes ou autres merveilles moelleuses constituées de lainage.

Mes idées se bousculent, je voudrais tel détail avec telle couleur, tel col pour tel lainage etc… Mais le temps me manque un peu, les projets pour l’école s’intensifient et les idées manteaux restent pour l’instant au placard…

Veste Madawan

En attendant, je ressors mes réalisations de l’année dernière qui ont encore de beaux jours devant elles comme la fameuse veste « aime comme Madawan » de Aime comme Marie.

Beaucoup cousue, elle mérite ses titres de noblesse sur certains points. Son col châle lui confère un sacré charme et sa coupe simple (sans doublure) se monte très facilement pour une veste.

Pour ma part, réalisée dans un magnifique lainage à chevrons de chez Cousette, elle est moelleuse à souhait et me réchauffe juste comme il faut pour l’automne.

Veste Madawan aime comme Marie

Concernant le patron, si je dois être complètement honnête sur mon ressenti, je dirais que pour le prix, j’ai été un peu surprise par la « qualité » de ce patron pochette : pas de dessin technique dos, des manches trop courtes, des explications corrects mais sans plus et un tombé que je ne trouve pas des plus « précis » ou des mieux « coupé ».

Cela dit pouvons-nous tout avoir ? Un montage relativement simple et une coupe parfaitement maitrisée ?

De plus, je trouve dommage qu’une version poche ne soit pas proposée dans le patron. Personnellement, ne me voyant pas porter une veste sans poches, j’en ai rajouté dans la couture côté. Heureusement sinon je pense que je les aurais cherchées à longueur de temps.

Madawan avec poches

Cependant, Madawan est décrit comme un gilet et non comme une veste,  pourtant je l’ai réalisé dans un tissu beaucoup plus fin pour une amie et je trouve qu’en réalité le patron « tient » beaucoup mieux avec un tissu plus épais.

Bon j’arrête mon chipotage, je suis quand même bien contente de ma veste Madawan et n’ayant recousu aucun autre patron de cette marque, je ne peux pas avoir un jugement global et objectif 🙂 !

Madawan lainage chevron

Et vous, avez-vous cousu ce patron ? Et que pensez-vous des patrons de « Aime comme Marie » en règle général ?

Je vous dis à bientôt 🙂

Un automne en robe patineuse

Robe patineuse rouge maille

Nous y voilà, il fait froid ! Les arbres se parent de leurs plus belles couleurs avant de laisser s’envoler leurs dernières feuilles et la pluie fait son grand retour pendant que nous nous surprenons à la regarder tomber avec délectation blottie contre une douce couverture

Une saison inspirante

Comme une invitation au cocooning, l’automne est l’une de mes saisons préférées. Celle pendant laquelle nous culpabilisons moins pour rester s’occuper à la maison mais aussi celle qui nous offre de belles promenades, nous délivrant des odeurs de feuillages humides et des couleurs chatoyantes d’une nature bien vivante avant de s’endormir pour l’hiver.

En phase avec cette nature fraiche et colorée, mes envies coutures se veulent plus chaleureuses, plus moelleuses et plus confortables. Beaucoup de tissus, une couleur chaude et une maille milano splendide et le tour était joué, j’avais ma robe rêvée pour l’automne.

Jupe cercle robe bordeaux

La robe patineuse : de la glace à nos dressings

Avec ses allures sages, classiques mais aussi glamour et fluide, la robe patineuse représente pour moi l’association parfaite du confort et de l’élégance décontractée.

On s’y sent bien, tellement bien. Et pour cause, initialement portée par les patineuses artistiques lors des jeux Olympiques, elle permet une liberté de mouvements totale tout en conférant une silhouette féminine et dansante. Avec de telles avantages, cette robe ne pouvait pas uniquement rester sur la glace !

Grande icône des années 50, elle n’a plus jamais quitté nos garde-robes et se voit chaque année revenir sur le devant de la scène pour nous offrir une allure un brin vintage et sublimer toutes les morphologies (ou presque) !

Robe patineuse maille

Ma version classique de ce classique

Pour moi, le maitre mot était confort ! Alors quoi de plus confortable qu’une matière maille, douce, épaisse, chaude et extensible ? Je nomme la maille milano. Stable et facile à coudre (contrairement au jersey), elle offre un très joli tombé. Pas besoin de pinces ou autres découpes alors autant vous dire que le patronage était plutôt facile.

Robe patineuse en maille milano

Je voulais une encolure au ras du cou et des manches ¾ pour me couvrir juste comme il faut et surtout je voulais une jupe corolle rien que pour le plaisir du mouvement dansant que cela confère au tissu.

Demandant beaucoup de tissu justement, cette jupe cercle ne se trouve pas facilement dans le commerce (restriction budgétaire oblige !) alors c’est d’autant plus satisfaisant de pouvoir se l’offrir et se rappeler oh combien il est doux de savoir coudre 🙂 !

Robe patineuse jupe cercle

Classique et totalement basique, je n’ai pas opté pour l’originalité avec cette robe mais je la voulais comme ça, toute simple et mignonne. 

Ah si j’ai quand même mis un brin de folie dans la doublure mais bon ça je suis la seule à le voir :p !

Robe patineuse maille milano

Et vous que vous inspire l’automne ? Etes-vous également des adeptes de la robe patineuse ?

Je vous souhaite de belles balades automnales et vous dis à bientôt 🙂

Robe patineuse rouge

 

L’obsession du DIY

gilet drapé noir et blanc en maille

Plus le temps passe, plus je suis devenue complément accro au « faire soi-même », cela est même devenu assez obsessionnel. Bien sûr, cette obsession a ses côtés positifs mais ses impacts négatifs ne sont pas inexistants non plus…

Le cas du gilet drapé

Avec l’arrivée de l’automne, l’envie d’un cardigan noir douillet et chaud s’est vite imposé. Idéal pour la mi saison, il est le genre de pièces que nous avons toutes et que l’on porte tout le temps ! (Le genre de vêtement que l’on trouve aussi partout et qu’il est donc tentant d’acheter plutôt que de passer 5h dessus ! hum hum)

Mais, l’obsession du DIY prenant déjà le dessus, j’ai décidé de flâner sur le net à la recherche d’inspirations concernant la coupe, les matières etc. Je tombe alors sur de très jolis patrons comme le fameux gilet cannelle qui me faisait déjà de l’œil depuis un moment. Mais là, je m’aperçois que je n’y arrive pas… Non je n’arrive pas à cliquer sur le bouton « acheter ».

Cardigan drapé noir et blanc

DIY ou culpabilise !

Exactement comme lorsque je fais les magasins, je n’arrive pas à concrétiser l’acte d’achat. Dans ces cas là, ce qui se passe dans ma tête est en fait très simple : je ne peux pas accepter le fait d’acheter quelque chose que je peux assez « facilement » faire moi-même. Une petite voix dans ma tête se met à me dire que c’est de la fainéantise et de l’argent gaspillé… Bref, CULPABILITE.

Détail cardigan drapé gilet cardigan drapé

Les problèmes qui en découlent sont, d’une part que je manque cruellement de basiques car les coudre n’est pas ce qui m’enthousiasme le plus et d’autre part que maintenant cela concerne aussi le patronage puisque j’en connais  quelques rudiments.

Suis-je donc condamnée à ne m’autoriser que très peu de petits plaisirs et gain de temps simplement sous prétexte que je peux faire moi-même ? Et d’ailleurs pourquoi cette telle culpabilité de ne pas faire soi-même ?

gilet drapé noir et blanc

Quand tu sais que tu peux le faire !

N’arrivant pas à acheter ce joli patron qu’est le gilet cannelle, je me suis dis que de toutes les façons, j’avais plutôt en tête un cardigan drapé. J’ai alors sorti ma base buste maille et c’était parti pour quelques temps de réflexion et de patronage.

Une fois mon gilet drapé cousu dans cette jolie maille au recto-verso contrasté, j’étais fière, du résultat mais aussi fière d’avoir dépasser mon découragement.

Gilet drapé noir et blanc maille

Cette sensation ressentie devient addictive… Peut-être le problème est-il là. Une fois que l’on goûte à la fierté d’avoir résisté à l’achat pour finalement réussir à se surpasser et faire soi-même, il est difficile de ne pas attendre de soi toujours plus

Et le cercle (vicieux ou vertueux ?) est en marche.

Cardigan drapé noir et blanc

Sincèrement, heureusement que je ne sais pas faire de chaussures, de mobilier ou encore de bijoux, sinon je ne serais pas sortie de l’auberge ^^

Et vous, quel rapport entretenez-vous avec le DIY ? Cela impact-il également votre façon d’acheter ?

Ps : Les photos sont aussi l’occasion de vaguement vous présenter le petit top fleuri  qui ne m’a pas quitté de l’été ! 🙂 

En espérant vous lire, je vous dis à bientôt !

Cardigan diapré noir et blanc