Littérature et garde-robe

Patron gilet tailleur

Comme ce début d’année a pu passer vite ! Pourtant, l’hiver me semble interminable et je me languis de l’arrivée du printemps

Quoiqu’il en soit, ma bulle, ici, me manque. Cet espace dans lequel le temps se suspend un peu pour moi, dans lequel les coupes, les matières et les mots dansent ensemble au grès des inspirations.

Gilet tailleur court vert

Comme dans un livre

Parfois je m’y sens comme dans un livre, celui qu’on attend avec impatience de retrouver et qui représente la pause que l’on s’accorde. Cette pause si savoureuse et si nécessaire.

J’aime les romans, les livres. Au delà de l’histoire qu’ils racontent, ce qui me plait également ce sont les images qu’ils véhiculent, les sensations qu’ils évoquent ou encore les époques qu’ils peuvent représenter.

Des époques qui me transportent parfois vers les grands noms de la littérature, vers la fin du XIXe siècle, les costumes d’homme, les chaines de montres et autres merveilles d’un siècle que j’imagine riche intellectuellement.

Gilet court vert

De la littérature à la garde-robe

Alors, dans ma garde-robe, je me suis offert un petit voyage direct vers cet univers fantasmé. J’ai toujours aimé les gilets de costume, d’abord sur les hommes, trouvant que ça leur confère un charme fou, puis sur les femmes, à qui ça apporte un petit quelque chose, un brin de caractère.

Féminine ou masculine, je trouve que cette pièce représente toujours la classe d’une certaine époque, celle à laquelle j’associe le mot « littérature » et qui m’évoque l’éloquence. Passéiste moi ? 😛

Gilet tailleur vert court

Coudre un peu de littérature ?

A partir de ma base buste, je me suis donc lancée dans la confection de ce gilet. Tout en voulant garder les codes de celui-ci, je le souhaitais tout de même un peu différent : très féminin et assez court. J’ai alors crée des découpes princesses et deux « pointes » assez accentuées qui s’arrêtent exactement à la ligne de taille, la mettant ainsi en valeur.

Entièrement doublé en coton et fermé par un seul bouton, le gilet est confectionné dans un tissu en laine souple et fine. Un régal à coudre !

Finalement rien de très compliqué pour cette pièce que j’affectionne particulièrement. Mettant souvent des robes toutes simples, le gilet me permet d’apporter un petit plus, un peu comme un accessoire tout en me changeant de mes associations habituelles 🙂 !

gilet tailleur pour femme

Et vous, quelle pièce vous évoquerait la littérature ? 🙂

En attendant de vous lire, je retourne m’offrir une petite pause littéraire et vous dis à bientôt 🙂

Gilet tailleur court taille

Publicités

20 réflexions sur « Littérature et garde-robe »

  1. Oh, j’aime beaucoup. Une pièce simple, mais qui apporte un petit quelque chose de savoureux à ta robe noire.
    Une pièce qui m’évoquerait la littérature? Je ne sais pas trop, en ce qui me concerne, c’est plutôt la matière et la littérature. As-tu déjà remarqué comme il est important pour les auteurs de bien décrire le moelleux d’une veste, le tombé d’un tweed ou encore sa couleur?
    Souvent, j’aime beaucoup lire et relire ces détails.
    Belle journée.

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup ton gilet et sa couleur qui te va à ravir! Je suis toujours admirative devant les couturières qui réalisent leurs propres modèles. Je suis bien incapable de faire ça!!! Bravo c’est une belle réussite comme toujours! 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Cette pièce est vraiment très jolie ! J’aime beaucoup l’histoire qu’il y a derrière ce gilet… C’est vrai que les romans peuvent-être une vraie inspiration pour nos gardes robes.
    J’aime beaucoup l’allure féminine et le choix de la couleur que tu as faites, cela te permet d’avoir une pièce qui donne du caractère à une tenue un peu plus simple ! Bravo !

    Aimé par 1 personne

  4. Ce petit gilet est vraiment ravissant . Pour ma part, ce qui m’évoque la littérature c’est plutôt le temps qu’il fait, et la sensation que cela donne. Comme l’odeur et l’humidité d’une pluie d’automne, ou la timide chaleur du printemps avec les odeurs des premiers pollens. Belle journée à toi.

    Aimé par 1 personne

  5. J’adore cette petite pièce très simple et donc très élégante. De quoi es-tu partie pour tracer ton patron ? Pourrais-tu me « rencarder » sur le sujet car j’aimerais bien m’en faire un pour cet été ??? Pour ce qui est du lien littérature/couture, je te dirai ce que j’ai déjà écrit sur mon blog : « Je couds parce que la couture me permet de voyager dans le temps ». J’aime les clins d’oeil au passé, à des époques à des personnages de roman. Pour exemple : le noeud thermidorien m’évoque irrésistiblement Les Chouans de Balzac. Je sais que bcp de gens trouve ce roman chiant, mais pas moi. D’ailleurs, je dois aller à la bibliothèque tout à l’heure, eh bien, je crois que je vais le lire une fois encore… C’est marrant, mais ton petit gilet m’a fait penser à Oscar Wilde et je ne saurais dire pourquoi. Le problème c’est que la plupart des patrons ne sont pas fait dans cet esprit là. Et pour tout dire j’en ai un peu marre du diktat des marques à la mode qui inspirent la plupart des « couseuses » sur internet, à commencer par moi, Oui, je sais, il y a des collections Vintage, mais, c’est souvent outrancier, je trouve. Ce que j’aime en fait, c’est le Vintage revisité pas le vintage pur et dur. Je ne sais pas si je me fais bien comprendre…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ces jolis compliments 🙂 Pour le patron je suis partie de ma base buste réalisée elle-même à partir de mes mesures. J’ai appris tout ça en cours de modélisme mais je suis certaine que l’on peut apprendre seul. Un bon livre sur le sujet serait celui de Teresa Gilewska (Coupe à plat), elle y explique très bien comment dessiner sa base (buste et jupe) et comment ensuite la modifier à volonté. Tu peux le trouver un peu partout 🙂 Sinon, j’ai trouvé quelques tutos comme ici (https://inthemoodforcouture.com/coupe-a-plat-construire-le-patron-de-base-du-buste/) qui explique comment faire sa base. Il faut ne pas se décourager et au final ça « glisse » tout seul 🙂
      Je n’ai jamais lu Les Chouans de Balzac mais ton intérêt pour ce roman m’intrigue, je vais essayer de me le procurer ! Quant à Oscar Wilde, je suis flattée car il avait beaucoup de style et c’est notamment par lui que le « dandysme » est né.
      Ah et oui je comprends très bien ce que tu veux dire pour les patrons actuels et les « diktats ». J’essaie de ne pas trop tomber dedans mais ce n’est pas facile ^^! Quant aux collections vintage, ahah je ne suis que trop d’accord, je trouve que c’est « too much » vintage pour le coup et c’est rare qu’un modèle me plaise dans ce genre de collection. D’où l’intérêt de savoir un peu patronner 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s